Sélectionner une page

Bursite, tendinite et syndrome d’accrochage

Le phénomène d'accrochage (ou conflit sous-acromial) est un coincement douloureux de la coiffe des rotateurs (et de la bourse qui la recouvre) qui survient lors des mouvements amples de l'épaule, quand il y a une compression par les structures osseuses surplombantes (l'acromion ou la clavicule distale). Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Bursite, tendinite et syndrome d’accrochage

Le phénomène d'accrochage (ou conflit sous-acromial) est un coincement douloureux de la coiffe des rotateurs (et de la bourse qui la recouvre) qui survient lors des mouvements amples de l'épaule, quand il y a une compression par les structures osseuses surplombantes (l'acromion ou la clavicule distale). Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Bursite, tendinite et syndrome d’accrochage

Le phénomène d’accrochage (ou conflit sous-acromial) est un coincement douloureux de la coiffe des rotateurs (et de la bourse qui la recouvre) qui survient lors des mouvements amples de l’épaule, quand il y a une compression par les structures osseuses surplombantes (l’acromion ou la clavicule distale). Ce phénomène survient surtout chez les gens qui ont une excroissance osseuse sur la portion antérieure de l’acromion (l’acromion de type II ou III) ou sur la clavicule distale (exemple dans l’arthrose). Ces excroissances osseuses sont soit structurales (génétiques) ou se développent progressivement avec l’âge (après 40 ans), mais sont plutôt rares chez les moins de 30 ans, où l’accrochage est ordinairement dû à un problème d’instabilité gléno-humérale (hyperlaxité ligamentaire).

Ce phénomène survient surtout chez les gens qui ont une excroissance osseuse sur la portion antérieure de l’acromion (l’acromion de type II ou III) ou sur la clavicule distale (exemple dans l’arthrose). Ces excroissances osseuses sont soit structurales (génétiques) ou se développent progressivement avec l’âge (après 40 ans), mais sont plutôt rares chez les moins de 30 ans, où l’accrochage est ordinairement dû à un problème d’instabilité gléno-humérale (hyperlaxité ligamentaire).

Un peu d’anatomie

Un tendon est une structure blanchâtre qui relie un muscle à un os. Lorsque le muscle se contracte, il impose un mouvement en déplaçant l’os ou encore, il le stabilise par son action combinée avec un autre muscle, dit « antagoniste ».

La coiffe des rotateurs est en fait la convergence de quatre tendons différents, dont les muscles s’insèrent sur l’omoplate. Il s’agit du sous-scapulaire (devant l’épaule et qui permet une rotation vers l’intérieur), le sus-épineux (en supérieur et qui permet l’élévation du bras dans l’axe de l’omoplate), le sous-épineux et le petit rond (en postérieurs, qui amènent un mouvement de rotation du bras vers l’extérieur). L’action combinée de ces quatre muscles a pour effet de bien placer la tête humérale devant la glène (donc le bras devant l’omoplate) pour permettre aux différents muscles de puissance (tels le deltoïde, le grand pectoral et le grand dorsal) de mobiliser le bras avec force.

La coiffe des rotateurs a la forme d’une toile enveloppant la tête humérale. Elle se situe sous une masse osseuse constituée de la clavicule distale et de l’acromion (prolongement de l’omoplate). Entre la coiffe et ces structures osseuses, il y a une mince membrane de tissu qui sert de « coussin de glissement » : c’est la bourse.

Quelles sont les causes les plus fréquentes?

Le tendon normal étant une structure extrêmement résistante, les déchirures surviennent sur des tendons qui présentaient probablement déjà un certain degré de dégénérescence.

  • Ces phénomènes de compression peuvent survenir lorsqu’il y a une élévation complète ou répétée du bras vers l’avant ou vers le côté (abduction) en combinaison avec certains mouvements de rotation.
  • Ces situations peuvent survenir au travail ou encore, lors de la pratique de certains sports.
  • Certaines positions d’accrochage surviennent aussi la nuit, surtout quand on est couché sur le ventre.

Quels en sont les symptômes?

La douleur provoque l’éveil nocturne et parfois, le manque de sommeil réparateur cause la mauvaise humeur chronique.

Le phénomène d’accrochage, lorsqu’il se prolonge sur une longue période, peut générer des épisodes inflammatoires à la coiffe des rotateurs ou à la bourse qui la recouvre (bursite, péri-tendinite). Il peut aussi provoquer l’abrasion progressive de la coiffe des rotateurs qui dégénèrera en déchirure (d’épaisseur partielle ou totale : transfixiante). Il s’agit alors d’un frottement destructif dû à un point de pression anormal (imaginez un caillou dans votre chaussure…)

Comment les diagnostiquer?

On peut visualiser la morphologie osseuse par certaines vues radiographiques de profil, mais l’accrochage étant un phénomène mécanique lié au mouvement, son diagnostic ne sera posé que lors d’un examen physique approprié reproduisant le geste d’accrochage (ce qui éliminera aussi la possibilité d’une capsulite, souvent manquée) ou encore, par imagerie dynamique en échographie. Il existe une classification (grades 1 à 3) d’accrochages (telle que vu en échographie active), qui a été développée il y a quelques années par un groupe de radiologistes de Montréal dont je faisais partie, et qui est maintenant utilisée de façon courante partout dans le monde.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous

* Champ obligatoire

   

 

« Cinq mois après mon opération, malgré la sévérité de ma blessure, je suis à nouveau capable de faire du vélo, sans difficulté ni douleur. J’ai eu droit à un suivi impeccable et attentionné de la part du Dr Beauchamp. Merci! »

Radiographie

Examen physique

Échographie

Quelques témoignages de nos clients

Ne vous fiez pas seulement sur nos propos; lisez ce que nos patients disent à notre sujet.

« Le Dr Beauchamp a reconstruit presque totalement mon épaule à la suite d’une chute du haut d’un escabeau de 10 pieds. Après seulement six mois, j’ai pu effectuer plusieurs travaux sur mes propriétés sans aucune douleur. Dr Marc, mille MERCIS pour tout ce que vous avez fait pour moi! »

« J’ai subi une intervention chirurgicale à l’épaule gauche. Je suis maintenant le plus heureux des hommes et ma guérison est incroyable. Je recommande le Dr Marc Beauchamp; son excellence n’a pas de prix!! »

« Dr Beauchamp a opéré mon fils pour un ligament déchiré à l’épaule. Après 18 mois, et tous les contacts physiques qu’un jeune joueur de hockey de 17 ans peut faire subir à une épaule, nous avons la confirmation que l’opération a été un succès complet! »