Sélectionner une page

Traitement de la capsulite de l'épaule

Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Traitement de la capsulite de l'épaule

Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Traitement de la capsulite de l’épaule

Dans la capsulite primaire, je crois que plus on traite rapidement, plus on pourra éviter le supplice d’une « maladie » qui durera 18 ou 24 mois.

Le traitement initial qui se produit dans la phase 1, ou phase inflammatoire, vise à faire cesser cette violente réaction inflammatoire avant qu’elle ne cause l’enraidissement avancé. Il faut donc préserver les mouvements (exercices, physiothérapie), et contrôler l’inflammation, le cas échéant, avec des médicaments anti-inflammatoires, de la glace ou des injections de cortisone.

L’arthrographie cortisonée distensive (injection d’eau additionnée de cortisone dans l’articulation glénohumérale) est alors habituellement très efficace. L’idéal est de jumeler cette injection à un programme de mobilisation agressif et ce, le plus tôt possible.

Il est techniquement difficile pour un médecin en cabinet de réussir une injection dans l’articulation glénohumérale « à l’aveugle ». Pour bien la réussir, un guidage radiologique par fluoroscopie ou par échographie est indiqué. Je la pratique personnellement par échographie dans mon bureau, une intervention peu douloureuse qui peut se faire en moins de 10 minutes.

En phase 2 (épaule gelée), l’entêtement à mobiliser n’est pas nécessaire, cause souvent des douleurs musculaires dans la région de l’omoplate et peut réactiver l’arthrose cervicale. Mieux vaut un traitement de confort (une injection cortisonée par exemple) en attendant le beau temps!

La manipulation sous anesthésie était jadis très populaire, mais elle était parfois la cause de complications majeures (fracture, déchirure de coiffe, section de nerfs, etc.). Dans les cas très rebelles et incapacitants, aujourd’hui on opte plutôt pour un relâchement par arthroscopie de la capsule, avec manipulation douce. Le taux de réussite est de 80 %… et beaucoup de physiothérapie est requise suite à la chirurgie.

 

Contactez-nous pour prendre rendez-vous

* Champ obligatoire

   

 

« Cinq mois après mon opération, malgré la sévérité de ma blessure, je suis à nouveau capable de faire du vélo, sans difficulté ni douleur. J’ai eu droit à un suivi impeccable et attentionné de la part du Dr Beauchamp. Merci! »