Syndrome du tunnel radial

Le syndrome du tunnel radial, aussi appelé syndrome du nerf interosseux postérieur, est une pathologie douloureuse de la région du coude. Elle résulte de la compression d’une branche du nerf radial à la hauteur du muscle supinateur, au point de l’embranchement de l’avant bras au coude.
Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Syndrome du tunnel radial

LE SYNDROME DU TUNNEL RADIAL, AUSSI APPELÉ SYNDROME DU NERF INTEROSSEUX POSTÉRIEUR, EST UNE PATHOLOGIE DOULOUREUSE DE LA RÉGION DU COUDE. ELLE RÉSULTE DE LA COMPRESSION D’UNE BRANCHE DU NERF RADIAL À LA HAUTEUR DU MUSCLE SUPINATEUR, AU POINT DE L’EMBRANCHEMENT DE L’AVANT BRAS AU COUDE.
Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

Syndrome du tunnel radial

Le Syndrome Du Tunnel Radial, Aussi Appelé Syndrome Du Nerf Interosseux Postérieur, est Une Pathologie Douloureuse De La Région Du Coude. Elle Résulte De La Compression d’une Branche Du Nerf Radial À La Hauteur Du Muscle Supinateur, Au Point De l’embranchement De L’avant Bras Au Coude.

Quels en sont les symptômes?

La compression provoque une douleur vive sur la face dorsale du coude et de l’avant-bras. Cette douleur peut apparaître brutalement ou de manière progressive, selon la cause. Elle peut être déclenchée ou aggravée par les mouvements d’extension du coude et du poignet. Elle est parfois amplifiée la nuit, ce qui a pour conséquence de nuire à la qualité de sommeil du patient. Lorsque la compression est permanente, on peut observer une fatigue et une perte de force musculaire. Les symptômes du syndrome du tunnel radial présentent des similarités avec l’épicondylite latérale (Tennis elbow). Il n’est d’ailleurs pas rare que les deux conditions coexistent.

Quelles sont les causes les plus fréquentes?

Les causes de la compression sont variées. Elles peuvent être de nature traumatique (à la suite d’une blessure), mécanique (une conséquence du surmenage ou d’une mauvaise ergonomie) ou médicale (pression exercée par un kyste, une tumeur osseuse, des lipomes ou l’inflammation de tissus environnants). Les femmes sont touchées dans une proportion plus élevée que les hommes.

Comment le diagnostiquer?

Le diagnostic est établi au moyen d’un examen clinique. L’entretien avec le patient permet de préciser le profil démographique, l’historique des symptômes ainsi que les antécédents familiaux. L’évaluation des signes sensitifs se fait par la palpation. Certains tests de provocation et de résistance peuvent être utiles, en particulier le Scratch Collapse Test. L’échographie ou l’électromyogramme peuvent être prescrits pour approfondir le diagnostic et détecter d’éventuelles lésions.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous