WALANT

Le terme WALANT (Wide Awake Local Anesthesia No Tourniquet) fait référence à une nouvelle technique d'anesthésie locale utilisée pour le traitement chirurgical de plusieurs pathologies courantes du poignet et de la main. C’est au Dr Don Lalonde, chirurgien canadien, que revient le mérite d’avoir introduit et popularisé cette technique révolutionnaire.
Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

WALANT

Le terme WALANT (Wide Awake Local Anesthesia No Tourniquet) fait référence à une nouvelle technique d'anesthésie locale utilisée pour le traitement chirurgical de plusieurs pathologies courantes du poignet et de la main. C’est au Dr Don Lalonde, chirurgien canadien, que revient le mérite d’avoir introduit et popularisé cette technique révolutionnaire.
Contactez-nous pour prendre rendez-vous!

WALANT

Le terme WALANT (Wide Awake Local Anesthesia No Tourniquet) fait référence à une nouvelle technique d'anesthésie locale utilisée pour le traitement chirurgical de plusieurs pathologies courantes du poignet et de la main. C’est au Dr Don Lalonde, chirurgien canadien, que revient le mérite d’avoir introduit et popularisé cette technique révolutionnaire.

La technique WALANT offre plusieurs avantages importants, dont une plus grande rigueur chirurgicale, une amélioration du confort du patient et une diminution des inconvénients liés à l’anesthésie et à la récupération.

Principe de la méthode WALANT

Le chirurgien a recours à une combinaison de médicaments administrés localement. La lidocaïne est un anesthésique alors que l’épinéphrine (équivalent synthétique de l’adrénaline) est un agent vasoconstricteur. Leur action combinée permet au chirurgien d’opérer sur un patient rendu insensible à la douleur, sans avoir à installer un garrot pour contrôler les saignements. Il faut compter une trentaine de minutes pour que les médicaments atteignent leur plein effet et procéder à la chirurgie.

Puisque le patient est parfaitement éveillé, il est en mesure de suivre l’évolution de l’opération et d’acquiescer aux instructions du chirurgien. Observer les doigts ou la main en mouvement pendant l’intervention permet au chirurgien de mieux visualiser les diverses structures anatomiques, l’articulation et l’implant en fonction (selon le type de chirurgie). Cette façon de procéder permet une plus grande précision chirurgicale, une meilleure participation du patient à sa rééducation et des résultats supérieurs.

Avantages de la technique WALANT

Anesthésie locale

Lorsqu’elle est possible, l’anesthésie locale est presque toujours préférable. Elle comporte moins de risques de complications et exclut les désagréments liés à l’anesthésie intraveineuse.

Facilite la préparation physique et mentale

La méthode Walant ne nécessite pas d’examens sanguins ou d’électrocardiogramme préalables. De plus, elle élimine une grande partie du stress et de l’anxiété vécus par les patients. Un calmant peut être offert si nécessaire.

Plus grande précision du geste chirurgical

L’absence de saignement et la collaboration peropératoire entre le patient et le chirurgien donnent lieu à une meilleure précision. Comme il est possible d’observer la main en mouvement pendant l’acte chirurgical, certains ajustements techniques peuvent être réalisés en temps réel.

Ne provoque pas de paralysie

Contrairement à l’anesthésie générale ou régionale, la méthode Walant n’induit pas d’engourdissements ou de paralysie motrice ou sensitive passagère.

Récupération en douceur

Une fois l’intervention terminée, le patient peut retourner rapidement à la maison sans avoir à vivre de période de réveil inconfortable ce qui favorise la récupération et le retour aux activités normales.

Méthode plus sécuritaire

La technique Walant réduit les risques de complications généralement associés à l’intubation
l’anesthésie générale ou régionale comporte certains risques de complications.

Diminution des coûts

La simplification du protocole pré, per et post opératoire permet des économies de coûts significatives et rend la procédure plus accessible.

Le Dr Brutus est reconnu à travers le monde pour avoir contribué à perfectionner et standardiser la méthode Walant. Il est régulièrement invité à prendre part à des conférences médicales pour partager son savoir et sa technique personnelle. Dans sa pratique, il a aujourd’hui recours à la méthode pour traiter les déchirures ligamentaires, les lacérations tendineuses, les compressions nerveuses et l’arthrose de la base du pouce.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous